Camille Desmoulins

17 septembre 2008

La guillotine permanente

Filed under: Divers — Camille Desmoulins @ 6:20

Cet article est également disponible sur le blog collectif l’histgeobox (ma contribution personnelle y est encore très maigre), que je vous recommande vivement de visiter. L’objectif est, à partir d’une chanson, de donner des éléments d’explication ou de contexte liés à l’histoire et la géographie. Ecoutez et lisez par exemple Jaurès de Jacques Brel ou Le coup de Jarnac de Jean-Louis Murat (sur Mitterrand) ; vous serez certainement séduits par le concept et la réalisation !

————–

Le chant révolutionnaire « la guillotine permanente » (qui n’est pas un sommet de la culture française, il faut bien l’avouer), est interprété ici par Marc Ogeret.

En France comme à l’étranger, la guillotine est un symbole de la Révolution française. En effet, même si quelques machines avaient déjà été mises au point en Europe pour les condamnations à mort, c’est pendant la Révolution que la guillotine est inventée et surtout qu’elle devient l’unique moyen d’exécution.

Le 1er décembre 1789, le député Joseph-Ignace Guillotin [1738-1814] propose que l’Assemblée Nationale (la France est alors une monarchie parlementaire depuis juillet 1789) accepte une résolution, dont voici deux articles :
« -Article 1 : Les délits de même genre seront punis par les mêmes genres de peine, quels que soient le rang et l’état du coupable.
-Article 6 : Dans tous les cas où la loi prononcera la peine de mort contre un accusé, le supplice sera le même, quelle que soit la nature du délit dont il se sera rendu coupable. Le criminel sera décapité : il le sera par l’effet d’une simple mécanique. 
[…]  M. le Président [de l’Assemblée] suppliera le Roi de donner des ordres pour que le mode actuel de décapitation soit changé et qu’à l’avenir elle soit exécutée par l’effet d’une simple mécanique. »

Sous l’Ancien régime, les nobles « bénéficiaient » d’un régime de faveur puisqu’ils étaient décapités à l’épée (ou à la hache), ce qui, malgré certains cas qui ont nécessité plusieurs coups, était moins douloureux que les autres formes d’exécutions en vigueur (la pendaison, l’écartellement, la roue, etc).

Le texte de Guillotin (qui n’est pas encore une loi) est finalement accepté le 21 janvier 1790. Au grand regret du médecin député, son nom restera attaché à l’objet qui devait rendre l’exécution égalitaire et la plus indolore possible. Contrairement aux dires d’une légende tenace, le docteur Guillotin n’est pas le concepteur de la machine (c’est le chirurgien Louis [1732-1792]), et n’a pas été victime de « sa » machine, mais est mort d’un anthrax à l’épaule gauche, en 1814.

C’est le 3 juin 1791 que, sur proposition du député Le Pelletier Saint-Fargeau, l’article 3 du code civil stipule que « tout condamné à mort aura la tête tranchée ». Cette disposition est finalement intégrée dans le code pénal le 6 octobre 1791.

Exécution à Remiremont, 8 février 1899

Utilisée pour la première fois le 25 avril 1792, la guillotine est mal acceptée par le public, apparemment déçu de la rapidité de l’exécution et du manque de spectacle (par la suite la guillotine fut surélevée sur un échafaud pour permettre à la foule de mieux voir).
Pendant la Terreur, de septembre 1793 à juillet 1794, près de 50 guillotines sont installées en France et quelques 20 000 personnes sont exécutées.

La guillotine sera le seul moyen d’exécution civil jusqu’à la dernière exécution en France, le 10 septembre 1977, dans la prison des Baumettes à Marseille (depuis 1939 les exécutions n’étaient plus publiques).

 

Publicités

6 commentaires »

  1. Intéressant article sur une machine lourde de symbole et de sens encore aujourd’hui !

    Amicalement,
    Stéphane.

    Commentaire par Stéphane — 20 septembre 2008 @ 4:20 | Réponse

  2. « La guillotine sera le seul moyen d’exécution civil jusqu’à la dernière exécution en France, le 10 septembre 1977 » : Le cas de Pierre Laval, fusillé, est en ce cas une exception, à moins qu’on ne le considère comme un Chef des Armées ?

    Commentaire par Sam — 20 septembre 2008 @ 7:00 | Réponse

  3. Je pense que la règle de la guillotine ne s’appliquait pas pour les exécutions décidées par des tribunaux spéciaux (militaires ou d’une manière générale, en temps de guerre)… à vérifier !

    Commentaire par Camille Desmoulins — 21 septembre 2008 @ 1:00 | Réponse

  4. L’instrument inspire la terreur mais au contraire de la mort par injection létale pratiquée aux États-Unis, le condamné ne risque pas de souffrir atrocement si la dose est mal administrée. J’ai lu aussi que le bourreau avait dû s’y reprendre à trois ou quatre fois lors de la décapitation d’Anne Boleyn ; pire, l’exécution de la comtesse de Salisbury, en 1541 :
     
    The countess made the mistake of appearing to side with Katherine of Aragon against the king and he declared her a traitor. She was arrested two years before her execution and badly treated and neglected as a prisoner in the Tower of London. She was not given a trial. She was small, frail and ill. But she was a proud noble. She was dragged to the block, but refused to lay her head on the block. She was forced down and struggled. The inexperienced executioner made a gash in her shoulder rather than her neck. She leapt from the block and was chased by the executioner, with his axe. She was struck eleven times before she died. There were 150 witnesses to her execution. She was 68 years of age.
     
    Quant à savoir si la peine de mort est juste, voilà une autre question…
     

    Commentaire par Gilles — 21 septembre 2008 @ 1:12 | Réponse

  5. « She leapt from the block and was chased by the executioner, with his axe »…
    Malheureusement pour la pauvre comtesse de Salisbury, ça ressemble plus à une scène de dessin animé que de la vraie vie….!

    Commentaire par Camille Desmoulins — 21 septembre 2008 @ 11:14 | Réponse

  6. Il y a eu beaucoup d’executions civiles en France par fusillade entre 1870 et 1947. Pendant la Commune les deux cotes fusillerent frequement les civils. Apres l’Occupation on fusilla aussi les collabos et les traitres. Pendant une periode de trois ans, 1944-1947, on fusillait tous les condamnes a mort civils en province car le transport de la guillotine de Paris etait trop difficile.

    Commentaire par Boisdejustice — 1 février 2012 @ 2:56 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :