Camille Desmoulins

12 juillet 2008

Chrono 1870 – 1883

Filed under: Chrono France — Camille Desmoulins @ 11:24

Suite de la chronologie ! (pour les épisodes précédents, voir ici).

Cette période est celle des débuts de la 3ème République, qui est née avec une défaite militaire en 1870 et qui s’achèvera avec une défaite militaire en 1940, respectivement contre les Prussiens à Sedan dans le cadre de la guerre de 1870 et contre les Allemands au début de la deuxième guerre mondiale après la débâcle de mai 1940.

La troisième République connaît des débuts particulièrement hésitants.
A la suite d’un gouvernement provisoire dominé par Gambetta et Jules Favre, Thiers est élu le 19 février 1871 « chef du pouvoir exécutif de la République française » dans un régime sans constitution. Les députés monarchistes, majoritaires, attendent en fait que les conditions soient réunies pour instaurer une monarchie parlementaire. 
Mais les deux courants royalistes (les légitimistes et les orléanistes ; voir ici pour plus de précisions) peinent à s’entendre et le prétendant légitimiste s’entête à refuser le drapeau tricolore (il veut imposer le drapeau blanc, symbole de la royauté). Devant ces difficultés, la République s’installe progressivement, au moyen de lois et non d’une constitution, parmi lesquelles :
– la loi constitutionnelle de Rivet, datée du 31 août 1871, qui introduit le titre de « Président de la République », et
– l’amendement Wallon, du 30 janvier 1875, qui instaure définitivement la République, en deux courtes phrases : « Le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages par le Sénat et la Chambre des Députés réunie en Assemblée nationale. Il est nommé pour sept ans ; il est rééligible. »

Ainsi, pour faire honneur au député Henri Wallon (1812-1904), assez peu connu en dehors de son célèbre amendement malgré un passage comme ministre de l’Instruction publique, voici une petite gravure :

Henri Wallon (1812-1904)

Publicités

Un commentaire »

  1. Dans cette difficile naissance de la IIIe, on peut aisément se rendre compte des différences d’appréciation de la situation par les acteurs en mentionnant la fabuleuse proposition du Comte de Chambord au président Mac Mahon : Il souhaitait le rencontrer secrètement à Versailles et imaginait le maréchal se mettant à son service pour une restauration d’un monarchie « blanche » par acclamation !

    Commentaire par Sam — 13 juillet 2008 @ 8:06 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :